Panorama des réseaux de carrosseries 2014 : tiercé constant…

Jérémie Morvan
Image
La troisième édition du Panorama des réseaux de carrosseries a vu le même trio que les deux précédentes monter sur le podium, mais avec un ordre différent. Autre enseignement principal : malgré un marché sinistré, où la rentabilité est de plus en plus difficile à trouver, les pros sont toujours très attachés à leur réseau…
Partager sur
Mardi dernier se tenait la troisième édition du Panorama des Réseaux de Carrosserie, organisé par notre confrère Décision Atelier, en partenariat avec l’équipementier allemand Hella et la FRCI. A l’image des précédentes éditions, ce panorama s’est basé sur une enquête réalisée par l’institut de sondage CSA auprès de 2 215 points de service, membres des huit principales enseignes de réparation-collision : Acoat Selected, AD Carrosserie, Autoneo, Axial, Five Star, Ixell Carrosserie, Précisium Carrosserie et Top Carrosserie. Cette enquête s’est penchée sur la satisfaction des pros envers leur enseigne au travers de 8 dimensions et leur attachement à leur panneau à travers trois critères.Le «petit frère» des Grands Prix des Réseaux (mécanique) a vu pour la troisième année consécutive les trois mêmes réseaux se partager les trois premières places. Mais cette fois dans un ordre différents : en effet tandis que les deux premières éditions avaient vu Axial monter sur la première marche, suivi de Five Star puis de AD Carrosserie, voilà que ce dernier a grappillé des points pour se hisser cette année sur la deuxième marche du podium, devant Five Star. Axial reste indétrônable, et Five Star termine donc sur la troisième marche du podium.Un quatrième prix est par ailleurs venu récompenser le réseau ayant enregistré la meilleure progression. Et cette année, c’est le réseau Précisium carrosserie qui rafle la mise, au plus grand bonheur de son président Alain Landec, davantage habitué aux distinctions décernées aux Grands Prix des Réseaux qu’au Panorama des réseaux de carrosserie.Des pros toujours satisfaits de leur enseigne…Cette année, la note globale de satisfaction, élaborée sur la base de huit dimensions (support technique, formation, animation réseau, animation commerciale, achats, apport d’affaires, rentabilité et conditions des accords), progresse encore : elle atteint 7,5 soit 0,3 point de plus par rapport au Panorama des réseaux dressé un an plus tôt. Mieux encore, les pros se déclarant plutôt satisfaits voire, très satisfaits, représentent respectivement 43% et 33% des sondés, autrement 76%, soit pas moins de 7 points de mieux qu’en 2013 !La note globale d’attachement des pros à leur réseau, qui s’appuie sur trois critères (l’intention de rester dans le réseau, le fait de recommander cette enseigne à un confrère et le sentiment qu’il s’agit d’un avantage d’être adhérent à leur réseau plutôt qu’un autre) s’établit elle aussi à 7,5. C’est 0,2 point de mieux qu’en 2013.Reste que, derrière ces apparentes très belles performances des huit réseaux ‘matures’ analysés par le CSA, il convient également de souligner des écarts parfois importants d’une enseigne à l’autre. Ainsi, pour ne prendre que l’exemple de la satisfaction, le premier réseau recueille une note de 8,5 ; le dernier n’atteint pas 6 (5,8 exactement)…… dans un marché pourtant dépriméCes notes doivent s’apprécier à l’aune d’un marché particulièrement difficile. Selon les estimations (non définitives) de la FFSA en effet, le volume d’affaire afficherait un recul de quelques 11% en 7 ans, entre 2009 et 2016, et un recul en valeur de 3,5% sur la même période. Et la perception de l’évolution du chiffre d’affaire sur les 12 derniers mois est bien sûr plutôt négative : si la moitié des déclarants juge leur CA stable, 29% l’estime en recul contre 21% en hausse…Et c’est là un vrai tour de force de la part des têtes de réseau. En effet, voir ces notes -hautes pour la majorité des huit enseignes auscultées- progresser à mesure que le marché se dégrade est un signe en soit de la conscience fortes des carrossiers qui se sentent moins exposés aux turbulences du marché lorsqu’ils s’abritent sous un panneau que s’ils devaient se lancer seuls à l’aventure… Peut-être s’agit d’un début d’explication aux résultats de l’une des 37 questions posées et concernant leur avenir : s’il n’est pas étonnant de voir 41% se déclarer pessimistes, ils sont à contrario un tiers à se déclarer optimistes !Il faut dire que le dynamisme des équipes en central, proposant des outils de gestion, de management des ateliers, des politiques achats et/ou commerciales, des supports de communication, etc., constituent à n’en pas douter de précieux alliés dans une compétition qui risque bien d’engendrer son lot de victimes : les chiffres avancés par Sales Factory lors d’une conférence de presse de la FNAA, repris mardi par notre confrère Décision Atelier, laissent apparaître que des 14 440 carrosseries actuellement recensées en France, il n’en resterait plus que 6 000 à terme…La notion de rentabilité (et celle, en grande partie liée, des accords passés avec les donneurs d’ordre - voire à ce titre l'article «Agréments: des carrossiers de moins en moins demandeurs...») a été centrale durent ce panorama. D’ailleurs, le responsable du réseau AD Carrosserie, Fabien Guimard, a tenu, en recevant le deuxième prix de la performance de ce panorama des réseaux 2014, à faire part de son «sentiment mitigé». Bien sûr heureux pour son réseaux de se hisser sur la deuxième marche du podium, il a aussi souligné que la clause de réparation n’aura d’impact sur le terrain que si et seulement si les réparateurs sauront se montrer visibles du consommateur automobiliste (NdlR : comprendre disposant d’un panneau), et a également déplorer le fait qu’ «aujourd’hui seulement 9% des TPE françaises disposent d’un tableau de bord ; cela signifie que 91% d’entre elles s’apparentent à des automobilistes prenant l’autoroute sans avoir de compteur de vitesse»!
Jérémie Morvan
Partager sur

Inscrivez-vous gratuitement à nos newsletters

S'inscrire

Sur le même sujet

Vidéo
Sponsorisé par EUROREPAR Car Service
Image
Entrée de la carrosserie Moletta Obrado de Sapiac, à Montauban
Photo-reportage