Image
GENERAL PAINT
Image
GENERAL PAINT

Logistique pièces : le groupe Rouyer ouvre son hub Renault

Thierry Goussin
Image
Jérôme Moinard

Le distributeur a revu sa stratégie logistique pièces de rechange dans une logique de centralisation, conformément à celle du constructeur. Jean Rouyer Automobiles est un poids lourd de la marque au losange sur le Grand Ouest, avec dix-sept concessions Renault Dacia entre Nantes, La Rochelle et Poitiers.

 

Partager sur

Aujourd'hui, la plaque Renault du groupe est composée de six magasins de pièces de rechange situés à Cholet, Angers, Saumur, Saint-Herblain, Rezé et La-Roche-sur-Yon. Dès 2025, un centre de gestion logistique centralisé sera opérationnel sur le bassin nantais pour apporter une amélioration de la gestion des stocks et du service client. C'est précisément à Sainte-Luce-sur-Loire, à l'Est de Nantes, que JRA a décidé d'implanter ce HUB, idéalement situé à l'épicentre de ses affaires et organisé pour servir en moins de 2 heures les 17 concessions, mais aussi les 162 agents, 38 réparateurs Motrio et 1 500 réparateurs indépendants du réseau. Et ce projet entre dans la droite ligne de la stratégie logistique PR de Renault, annoncée il y a deux ans. 

Sur place, le distributeur va y aménager d'ici la fin 2024 une plateforme logistique d'une superficie de 7 500 m² dans un bâtiment existant. La capacité de stockage y sera de 30 000 pneus et 17 000 références de pièces de rechange. L'emploi global sera maintenu avec 78 personnes travaillant sur le HUB et 24 au sein des concessions pour assurer la livraison de 2 500 commandes par jour. Le groupe Jean Rouyer évoque la dimension 2.0 du futur outil, la digitalisation (via des terminaux, tablettes, douchettes de zippage) tendant à supprimer tout papier. 
Ce projet « promet d'apporter des avantages considérables à notre réseau », insiste Jérôme Moinard, le président du directoire du groupe JRA. La plateforme « permettra d'optimiser les coûts d'exploitation, mais aussi d'améliorer la satisfaction des clients grâce à des livraisons plus rapides », ajoute-t-il.
 

Thierry Goussin
Partager sur

Inscrivez-vous gratuitement à nos newsletters

S'inscrire