Image
LKQ OPTIMAL
Image
LKQ OPTIMAL

Les Affranchis lancent leur marque

Girault Nicolas
Image

La plateforme indépendante de gestion de sinistre poursuit sa route. La start-up devient SAS pour présenter une alternative au monopole des assurances..

Partager sur

Après le succès de la levée de fonds de 1M€ lancée en septembre avec des partenaires institutionnels comme le fonds d’investissement SOFIMAC et le Crédit agricole Centre-France, la nouvelle SAS avec 8 permanents, qui a déménagé dans les locaux de l'accélérateur de startup (le Village by CA Centre France), va pouvoir réaliser son projet qui met en brèche le monopole des assurances.

« Nous allons utiliser ces fonds pour lancer notre marque. Elle sera le guichet unique de gestion des sinistres dans l’Hexagone, du constat à la réparation et à l’indemnisation. On analysera le constat pour sécuriser la personne (ce qu’on faisait déjà avec verif constat) et on s’occupera de tout, que le sinistre soit ou non responsable avec le recours direct, ou en accordant une remise sur la franchise (dans le cas d’un accident responsable) », explique l’un des associés, Steve Saez. Si le client choisit de passer par son assurance, la déclaration sera transmise à la compagnie accompagnée d’une liste de réparateurs indépendants.

« Quel que soit le cas de figure, notre solution sera plus favorable que celle des assurances », précise Steve Saez, qui, durant cinq ans, a du batailler en justice contre les compagnies qui bloquent encore sur les frais de gardiennage mais encore plus sur les réparations. La nouvelle marque qui travaille sur les offres et le marketing, va s’appuyer sur un réseau de partenaires et de réparateurs, libérés de tout agrément.

« Ils pourront travailler avec nous après conclusion d’un contrat de licence. Certains d’entre eux, qui en ont assez du système des assurances, ont déjà manifesté leur intérêt en nous contactant. Nous cherchons encore des réparateurs en Bretagne, persuadés qu’ils tireront leur épingle du jeu. Ils pourront compenser la baisse du volume par une marge supérieure des réparateurs agréés. Ces derniers sont actuellement mis en difficulté par la faible marge, octroyée par les compagnies, dans un contexte où le volume des sinistres est fortement réduit. »

Jean-Pierre Raynaud

Pour lire l' intégralité de la dernière publication de Zepros Auto.

Pour lire l'intégralité de la dernière publication de Zepros Carrosserie.

Abonnez vous aussi à la version digitale de Zepros Auto et Zepros Carrosserie.

Girault Nicolas
Partager sur

Inscrivez-vous gratuitement à nos newsletters

S'inscrire