Résiliations en masse de carrossiers agréés: SFEREN, ou la «MACIF attaque»…

Jean-Marc Pierret
Image
Un lecteur nous a alertés : les MAIF et MATMUT ont résilié l’ensemble de leurs réparateurs agréés à échéance du 31/12/2013. La MACIF, elle, n’a dénoncé que les agréments des carrossiers de marques constructeurs. Pour notre informateur, la finalité est claire : la SFEREN, qui regroupe les 3 mutuelles, va proposer de re-signer… aux conditions de la MACIF qui sont les meilleures des trois.
Partager sur
SFEREN, ou plus exactement la SGAM(*) SFEREN, c’est «un grand pôle mutualiste sur le marché français de l’assurance et des services financiers», proclame son site. La société était créée fin 2009 pour regrouper les intérêts des MAIF, MACIF et MATMUT qui y ont compilé «leurs compétences pour créer un pôle mutualiste leader sur le marché». Une réponse à la puissante Covea...Un cheptel de 12,6 millions de véhiculesEn ce qui concerne la réparation-collision, les 3 mutuelles réunies pèsent lourd : en 2011, elles assuraient déjà conjointement 12,6 millions de véhicules pour le coquet chiffre d’affaires de 4,1 milliards d’euros, soit 37% -et la plus grosse part- du CA total cumulé par le triptyque mutualiste.A en croire un de nos lecteurs carrossiers (pseudo : «luc», cliquez ici pour le retrouver), les grandes manœuvres ont commencé en ce qui concerne les carrossiers agréés par la SFEREN. Et ça ne rigole pas : «nous nous sommes tous faits virer par lettres recommandées de la MATMUT et de la MAIF. Échéance : 31/12/2013», raconte-t-il. En "prime" : pas de revalorisation possible des tarifs horaires en 2013...A l'assaut des taux horaires et des honorairesMais il note que, «bizarrement», la MACIF s'est globalement abstenue en ne résiliant que «les concessions de marque», ceux-là même qui ont généralement les moins mauvais taux horaires concédés par les assureurs. Il a la réponse : «nos tarifs MACIF sont ridiculement bas» et donc, référentiels. Pour notre lecteur, la finalité du chambardement est inscrite dans cette vague de résiliations étrangement "sélectives" : «SFEREN va vouloir que l’on pratique, pour les trois compagnies, aux taux les plus bas». Entendez, ceux obtenus par la très économe MACIF…La fin de l’histoire, notre lecteur la pressent déjà. Au fil de l’année de préavis, SFEREN va revenir voir les résiliés, forte du potentiel de ses 12,6 millions de véhicules assurés et va «en profiter pour nous faire chanter sur les tarifs, les prestations gratuites, etc., comme pour les experts», prédit-il. Il fait là référence à une action similaire de la SFEREN ayant annoncé à "ses" experts des honoraires 2013 à la baisse. L'ANEA a pour l'heure enjoint ses troupes à résister à l'assaut tarifaire (voir "Honoraires des experts : quand l'ANEA fait de la résistance").Le "tour de vis" budgétaire est effectivement à craindre. Fin 2010, un an à peine après la création de SEFREN, son président Roger Belot, alors président de l’ensemble et P-dg de la MAIF, annonçait la couleur à notre confrère «Les Echos» qui lui demandait de lister les dossiers prioritaires. «Les achats liés à l'assurance (réparation automobile, réseaux de garagistes agréés, expertise, avocats, etc.), parce que c'est là que les synergies sont les plus rapides à mettre en œuvre et les gains les plus significatifs», répondait-il, avant de conclure avec satisfaction : «C'est un chantier qui avance bien».Deux ans plus tard, visiblement, les travaux continuent…(*)SGAM : Société de Groupe d'Assurance Mutuelle
Jean-Marc Pierret
Partager sur

Inscrivez-vous gratuitement à nos newsletters

S'inscrire

Sur le même sujet

Vidéo
Sponsorisé par EUROREPAR Car Service
Image
Entrée de la carrosserie Moletta Obrado de Sapiac, à Montauban
Photo-reportage