Image
LKQ OPTIMAL
Image
LKQ OPTIMAL

Russie : l’année du grand bouleversement

Jérémie Morvan
Image
Atlas_russie

Le marché russe aura vécu un exercice 2022 en tout point hors normes, du fait du conflit avec l’Ukraine...

Partager sur

Entre les embargos des états occidentaux, l’arrêt des usines de fabrication des véhicules et des importations des pièces qui ont asséché l’OES, ainsi que le choix des équipementiers occidentaux de ne plus livrer de pièces pour le marché indépendant, l’aftermarket russe a dû se réinventer à marche forcée. «En l’espace de quelques semaines, les flux d’approvisionnement en pièces de rechange des équipementiers occidentaux – la principale source du marché russe – se sont taris, au point que ceux-ci ne représentaient plus que 15% de ce que le marché absorbait traditionnellement», note sous couvert d’anonymat un acteur du marché. Opération resourcing donc pour la distribution, qui a profité aux fournisseurs chinois, coréens, turcs ou indiens, dont les produits sont revendus au travers de marques de distributeurs ou de fournisseurs-assembleurs de gammes.

D’européen à asiatique

Celles-ci auront été les grandes gagnantes en 2022, favorisées par la baisse du pouvoir d’achat des consommateurs et surtout par l’absence des équipementiers historiques. Avec, en toile de fond, une inflation galopante, estimée à plus de 25 % par Alexander Gruzdev, fondateur du cabinet d’analyse éponyme. Et si les volumes de vente sont attendus à - 20 % sur le second semestre, en raison d’une baisse du pouvoir d’achat, l’inflation devrait largement combler le manque à gagner. Reste que la hausse de chiffre d’affaires n’est qu’en trompe-l’œil, et le cabinet Gruzdev Analyse redoute une hécatombe chez les distributeurs l’année prochaine…

«Les grands perdants auront été les équipementiers occidentaux», conclut notre informateur. Une analyse corroborée par Alexander Gruzdev: «S’il faut retenir une seule chose de 2022, c’est que le marché russe est sorti du grand marché européen de la pièce. En moins de douze mois, il est devenu asiatique ; pas encore parfaitement structuré du fait du peu de contacts précédemment établis, mais les bases sont désormais clairement posées.»

Jérémie Morvan
Partager sur

Inscrivez-vous gratuitement à nos newsletters

S'inscrire