Image
LKQ OPTIMAL
Image
LKQ OPTIMAL

Valeo s'investit sur le remanufacturing

Caroline Ridet
Image
VALEO REMAN POLOGNE ligne e-bike

Dans le cadre de sa stratégie holistique de décarbonation, l’équipementier français pousse sur la pièce « rénovée à neuf ». Le portefeuille "Reman" aux 8000 références s’enrichit pour couvrir les applications électroniques et électriques, et va jusqu’à sortir de son historique terrain de jeu automobile pour s’ouvrir au mobilités douces. 

Partager sur

« Valeo est déterminé à décarboner la mobilité. » Jean-Luc di Paola Galloni, directeur délégué affaires publiques et développement durable de Valeo, plante le décor d’une démarche élargie de réduction des émissions de CO2 engagée il y a 20 ans. En 2021, l’équipementier lançait son programme de décarbonation CAP 50, devant déboucher sur une réduction de 90 % des émissions de CO2 (Scope 1, 2, 3) à l’horizon 2050 et donc à la neutralité carbone. Autre axe stratégique : l’économie circulaire comme pendant « produits » des efforts opérationnels. Et parce qu'« on peut faire mieux que de recycler, donner une seconde vie au produit », dixit Mino Yamamoto, directrice Économie circulaire, en 2023, l'industriel lance son programme 4R encadrant les process favorisant la réparation, le reconditionnement et le recyclage des pièces avec pour but ultime d’optimiser la consommation des ressources. 

L’après-vente et son plan de développement durable "I Care 4 the Planet" sont évidemment au cœur du dispositif avec comme pierre angulaire le remanufacturing. Si aujourd’hui l’équipementier annonce un million de produits remis à neuf par an, l’objectif est de doubler ce volume à l’horizon 2030. Et pour remplir cet objectif ambitieux, l’équipementier a gonflé son portefeuille de pièces "reman" « made in Valeo » qui rassemble d’ores et déjà 8000 références.  

Image
VALEO REMAN POLOGNE TEAM VALEO SERVICE

L’offre "reman" devient électronique

Aux embrayages pour VI reconditionnés initiés dans les années 1980, l’équipementier a ajouté les machines tournantes pour VP (démarreurs, alternateurs et compresseurs de climatisation) et les transmissions et systèmes de freinage (convertisseurs de couple, doubles volants, doubles embrayages humides et étriers de frein).

Parce que la connectivité et l’électrification gagnent du terrain, Valeo a lancé son programme REMAN 2.0. Au cœur de cette démarche R&D, l’ouverture d’un laboratoire de l’électronique circulaire à Nevers qui a d’ores et déjà concrétisé ses recherches avec la mise en route d’une ligne de production de remanufacturing de caméras frontales pour et avec Stellantis. Une première réalisation qui ouvre le champ du traitement des Adas et qui sera suivie d’autres, tels les écrans et phares en version "reman" à venir. 

Donner plusieurs vies aux organes liés aux véhicules électriques est également dans le scope. Et c’est sur le site polonais de Czechowice, spécialisé dans le reconditionnement des pièces de propulsion, qu’est installé un laboratoire dédié pour la R&D « Proto Haute Tension ». Les premières solutions de remanufacturing électrique devraient être opérationnelles en 2025. Enfin, nouvel brique à l’édifice "reman", c’est également sur ce site qu’a été ouverte la première ligne de production dédiée aux petites mobilités avec les moteurs électriques de Vélib' électriques de l’entreprise française Smovengo. 

Image
VALEO REMAN POLOGNE equipe
Image
VALEO REMAN POLOGNE stock

L’écosystème au cœur de la montée en puissance

Outre ancrer les fondamentaux de sa stratégie RSE, l’accélération de l’activité "reman" est objectivement piloté par l’ambition, économique cette fois, de profiter de la manne d’un marché PIEC en Europe qui devrait passer de 4 Md€ (4 % du marché après-vente) à 15 Md€ (11 %) en 2040. « C’est une bonne nouvelle, mais nous ne pouvons pas transformer seul ce marché. La mobilisation de toute l’industrie, des producteurs en passant par les distributeurs et les réparateurs, est nécessaire. L’ensemble de la chaîne est en charge de renverser le logiciel », prévient la vice-présidente Marketing stratégique, Digital & Innovation Valeo Service. Et de fait, Marlène Carrias-Iked s’appuie sur une récente étude (Mobilians/eBay) qui met en évidence qu’à peine 20 % des garages déclarent utiliser fréquement des PIEC, tandis qu’un petit 13 % des automobilistes ont accepté que l’on monte des pièces remanufacturées sur leur auto ! On est loin d’une vague d’enthousiasme. En cause, trois principaux obstacles : une logistique "reman" trop complexe, le sentiment que la qualité est moindre que le neuf, certains garagistes ne sont même pas convaincus de la réelle attractivité tarifaire, ni que l’utilisation de PIEC soit réellement bonne pour la planète.

Face à ces objections, Valeo a simplifié sa politique tarifaire en rappelant qu’une pièce "reman" est en moyenne 25 % sous le prix du neuf, et instauré un unique flux logistique pour gérer les consignes. L’équipementier rappelle également que les process assurent « une qualité à l’équivalent au neuf », prouvée par une garantie de 2 ans, et enfin que ces pièces sont constituées à 80 % de matériaux recyclés. 

Pour finir de convaincre, Valeo a lancé une vaste campagne de communication et d’information ainsi qu’un programme de formation. Autre levier fort : le programme de fidélité pour les réparateurs « Valeo Specialist Club » – 64 000 membres dans le monde, dont 3000 en France – organise des opérations spéciales sur les produits "reman", bénéficiant pour l’occasion d’un boost de points cadeau. 

L’écosystème ne fera cependant pas l’économie d’initiatives de sensibilisation « pour aider au changement de regard et éradiquer ces réticences des garages », qui restent des prescripteurs de choix pour renverser la tendance auprès des consommateurs. 

Valeo s’engage dans le reman pour e-bike

Valeo vient d’ouvrir une ligne de reconditionnement de moteurs électriques et batteries des 8000 e-bikes de Smovengo, opérateur de Vélib’ Métropole couvrant Paris et 64 villes françaises. Un pas de plus vers « ces nouvelles mobilités qui seront de plus en plus présentes dans le futur et qui prennent déjà une bonne place », décrit Isabelle D'Ambrosio-Pierre, vice-présidente OE de Valeo Service & Smart Mobility. En effet, Valeo propose déjà des moteurs électriques neufs avec Cyclee. 

Image
VALEO REMAN POLOGNE ligne e-bike

Si la phase R&D s’est déroulée dans laboratoire de Nevers, la rénovation des moteurs de ces Vélib’ est faite dans la « Factory d'Innovation Circulaire » de Czechowice avec un potentiel de 5000 moteurs rénovés par an. Ce partenariat permet à Smovengo de renforcer sa démarche « durable » formalisée en 2021 et intégrant notamment la revalorisation des pièces détachées. Trente employés sont dédiés au test et à la réparation de ces composants. Parallèlement, une chaîne de production de roues (Alfortville - 94) produit chaque semaine les 2 500 roues nécessaires à la maintenance de la flotte. Cette approche circulaire, dorénavant complété de son accord avec Valeo, permet notamment  à Smovengo de faire une économie de l’ordre de 1,5 M€ sur son budget en pièces de rechange. 

Caroline Ridet
Partager sur

Inscrivez-vous gratuitement à nos newsletters

S'inscrire