Image
GENERAL PAINT
Image
GENERAL PAINT

Olivier Cavarec, Nissan veut resserrer le lien avec le réparateur indépendant

Muriel Blancheton
Image
Olivier Cavarec, Pièces et Services Nissan

Ralenti mais pas stoppé par les soubresauts de la crise sanitaire, le réseau Nissan , et ses 205 concessions, a enregistré une baisse de « seulement » 13% de ses entrées ateliers payantes en 2020 et -12% de ses ventes externes. 

Partager sur
Image
Nissan VO

Sur ce dernier item qui représente 31% du CA PR, le constructeur a travaillé pour retrouver des volumes et des parts de marché. En particulier avec les 700 carrossiers des réseaux Five Star, Acoat Selected et RM, sous accords nationaux. Nissan a ainsi mis en place une action commerciale – toujours en cours - baptisée l’Opération Expert. Au cœur de l’offre, la possibilité pour le réparateur d’obtenir une remise de 10% sur la totalité de sa facture, prise en charge par le constructeur, s’il achète 100% de ses pièces de chocs chez son concessionnaire. Ces campagnes adressées aux indépendants ont clairement permis de regonfler le panier moyen global (PR et carrosserie) en passant de 279€ HT à 870€ HT. Car le MRA reste dans le viseur du constructeur qui dès 2018 a remis au goût du jour son panneau Service Pro (lignes de commandes dédiées, livraisons PR en mode accéléré via des navettes, animations…). Il a même élaboré un travail de prospection géolocalisé du MRA afin de générer une estimation de ventes PR par affaire : nombre de productifs par atelier, implantations… Nissan surfe sur un parc 10 ans stable lui permettant de travailler sur l’animation du trafic atelier et la rétention client. En découle la volonté de déployer le CRM prédictif via des campagnes mensuelles (SMS, e-mails). « Du prêt-à-porter pour le réseau », lance Olivier Cavarec. Le patron Pièces et Services Nissan entend également refondre les forfaits SAV en intégrant l’âge du véhicule.

« Tout est fait pour travailler sur la rentabilité et la compétitivité du réseau », indique le patron qui n’hésite à « benchmarker » la concurrence (fast-fitters, centres autos entre autres). « Nous avons un regard attentif sur ce qui se passe autour de nous. Les bonnes idées sont partout. Mais attention, les mauvaises aussi. » En clair, pas question pour Nissan de se transformer en discounter mais de s’ancrer en conservant le client tout au long du cycle de vie du véhicule, jusqu’à son renouvellement.

Muriel Blancheton

FORMATION

Nissan France électrise son réseau

Puisque 50% de ses ventes concerneront des véhicules électrifiés avant 2023, Nissan forme son réseau (205 concessions françaises, 53 investisseurs). Sur 4 000 m2, se répartissent cinq salles techniques et 15 baies de travail atelier, un espace aménagé pour la formation à la réparation de batteries, 26 bornes de recharge pour les véhicules électriques. Nissan France annonce une capacité d’accueil annuelle de 2 000 stagiaires se formant chacun 2,5 jours, soit 5 000 jours homme par an.

Image
Image
Muriel Blancheton
Partager sur

Inscrivez-vous gratuitement à nos newsletters

S'inscrire