Image
LKQ OPTIMAL
Image
LKQ OPTIMAL

L’Alliance des Mobilités défend le maintien de la trottinette à Paris

Philippe Lamigeon
Image
Alliance des Mobilités

Suite à la décision de la mairie de Paris d’organiser un vote citoyen, le 2 avril 2023, pour le maintien ou non des trottinettes en libre-service dans la capitale, l’Alliance des Mobilités appelle les utilisateurs à voter favorablement. 

Partager sur

Les opérateurs réunis dans l’Alliance des Mobilités de Mobilians, une structure dédiée aux start-up de la mobilité, saluent dans ce vote proposé par la mairie de Paris un acte de démocratie locale. Cependant, ils n’en émettent pas moins des craintes. En effet, si la trottinette en libre-service est un véritable succès, elle demande aussi aux opérateurs à toujours plus innover pour garantir un service de qualité et sécurisé. Dernièrement, ces derniers ont proposé une série de mesures dans l’objectif de réguler plus fortement l’utilisation : contrôle de l’identité de l’usager, immatriculation et respect du Code de la route. 

Pour l’Alliance des Mobilités, la suppression de ce mode transport par la non-reconduction d’un appel à manifestation d’intérêt (AMI), qui permet une sélection des opérateurs, priverait les Parisiens d'une alternative à la voiture individuelle. Surtout que le dialogue semble quelque peu rompu entre eux et la mairie de Paris. Malgré tout, l’Alliance des Mobilités semble confiante si le vote est organisé de façon juste, car dans un sondage Ipsos de début 2023, les Parisiens étaient favorables au maintien des trottinettes en libre-service dans la capitale, avec un encadrement plus fort.

« À l’Alliance, nous représentons tous les modes de mobilité douce. Aujourd’hui, à travers la volonté de la mairie, c’est tout un secteur qui est mis en danger et des centaines d’emplois qui sont menacés. Comment peut-on vouloir à la fois donner plus de place aux piétons et commencer par s'attaquer au véhicule qui a justement le moins d'emprise sur l'espace public ? Comment peut-on vouloir à la fois décarboner les mobilités quotidiennes en incitant les Parisiens à acheter leurs propres trottinettes électriques au lieu de les partager ? Comment peut-on vouloir à la fois augmenter la sécurité en incitant à l'achat de véhicules non contrôlés au lieu d'utiliser des véhicules dont la vitesse est automatiquement bridée en fonction des rues ? Nous n’arriverons pas à la transition du secteur sans l'ensemble des modes doux, trottinettes électriques partagées comprises. Nous appelons donc les utilisateurs à se mobiliser et à voter pour le maintien des trottinettes en libre-service le 2 avril prochain », déclare Julien Honnart, co-président de l’Alliance des Mobilités. 
 

Philippe Lamigeon
Partager sur

Inscrivez-vous gratuitement à nos newsletters

S'inscrire