Image
LKQ OPTIMAL
Image
LKQ OPTIMAL

« Solutrans 2023, le rendez-vous où va se décider le futur de la filière »

Jérémie Morvan
Image
Patrick Cholton_FFC

Avant le lever de rideau de l'édition 2023 de Solutrans, Patrick Cholton, président de la Fédération Française de Carrosserie (FFC) et du salon, précise les contours de la manifestation alors que la filière fait face à de multiples défis. Entretien.

Partager sur

À quelques jours de son ouverture, comment se présente l’édition 2023 de Solutrans ?

Cette édition bat déjà tous les records : la totalité des 95 000 m² est déjà vendue, avec plus de 1000 exposants et marques attendus sur la manifestation. Le salon accueille cette année plus de 150 nouveaux exposants, dont une bonne part d’étrangers. Dans ce cadre, Solutrans se présente résolument comme un carrefour mondial de la filière camion avec 30 % d’exposants internationaux. Tous les constructeurs de camions, les principaux carrossiers-constructeurs européens et de grandes marques d’utilitaires ont fait le choix d’exposer à Solutrans. Le nombre de pré-enregistrements de visiteurs a lui aussi passé un cap, avec une hausse de 25 % par rapport à la précédente édition qui était déjà un record. Autre exemple : les I-nnovation Awards ont recueilli pour cette édition plus de 100 dossiers, compilant le dépôt de 70 brevets et quelque 40 avant-premières mondiales ! Quelle meilleure preuve du dynamisme de toute une filière ? Quant au dîner de gala [N.D.L.R. : organisé le soir du 22 novembre], il devrait réunir 1400 personnes sur cette édition, contre 1200 en 2021. In fine, Solutrans bénéficie de la reconnaissance de tout ce qui a été fait durant les précédentes éditions. L’événement monte en puissance dans tous les domaines !

Ce salon intervient à une période charnière pour la filière…

Les enjeux en matière de transition énergétique et de réduction des émissions sont colossaux. Les constructeurs investissent très lourdement et l’ensemble des acteurs sont mobilisés pour atteindre ces objectifs. Même la classe politique commence à se pencher sur les problématiques pour y parvenir, et les élus sortent progressivement de la pensée unique du "tout-électrique" : la Métropole du Grand Lyon est ainsi devenue partenaire du salon ! Dans cet environnement, les exposants doivent être des "pédagogues" : nombreux sont encore les transporteurs à s’interroger sur le choix de l’énergie et il est urgent d’apporter toutes les réponses à leurs questions. Qu’ils aient toutes les cartes en main. C’est dans cette optique que nous présenterons l’étude indépendante Vision’Air, qui établit des projections sur le mix énergétique en Europe à horizon 2030, 2035, voire 2040. Elle sera doublée d’une plateforme numérique permettant aux transporteurs d’effectuer un choix éclairé vis-à-vis du renouvellement de leur flotte.

Le verdissement des flottes est donc la colonne vertébrale de cette édition 2023 ?

Absolument ! Ainsi, le salon regorgera de conférences et de tables rondes sur les multiples thématiques liées à la transition énergétique avec plus d’une centaine d’intervenants venus du monde entier. Cette année sont également programmés des "Ateliers énergie" justement pour permettre aux visiteurs de s’informer au maximum sur les alternatives aux carburants fossiles. Par ailleurs, une zone de test des produits a été surdimensionnée cette année, tandis qu’un village dédié accueillera les acteurs de la banque, de l’assurance et de la location. Le monde du transport est en majorité composé de PME ; rares sont celles qui pourront s’offrir comptant ces nouvelles technologies… Il ne faut pas oublier non plus le retrofit, qui doit avoir sa place dans les diverses solutions pour le verdissement du parc. Stellantis par exemple expose cette année toutes ses marques d’utilitaires mais aussi sa solution de retrofit [N.DL.R. : le groupe est partenaire de Qynomic].

Autre invité du salon cette année, le vélo-cargo…

Il faut bien réaliser que les ZFE vont profondément changer la donne en matière de transport urbain. Les constructeurs d’utilitaires ne s’adressent plus seulement aux commerçants et aux artisans. De grands groupes logistiques vont devoir investir sur ce segment de véhicules pour la livraison des hypercentres. La cible de clients s’en trouve significativement élargie. Dans ce cadre, le vélo-cargo va également intervenir. Solutrans est là pour mettre en lumière les produits existants. Problème : il ne dispose à ce jour d’aucun cadre juridique et ne circule encore qu’à titre expérimental. La FFC travaille de concert avec les pouvoirs publics pour en dessiner les contours.

Que diriez-vous à un professionnel du transport qui hésite encore à se rendre à Lyon ?

Solutrans, c’est le salon de toutes les innovations, là où va se décider le futur de la filière. Solutrans est pensé pour que les visiteurs puissent comprendre. Et donc anticiper.

Jérémie Morvan
Partager sur

Inscrivez-vous gratuitement à nos newsletters

S'inscrire