Image
LKQ OPTIMAL
Image
LKQ OPTIMAL

Alpha Scale veille à l’anoblissement de la PQEC

Romain Thirion
Image
Choc frontal capot à Centro Zaragoza

Loin de la sulfureuse pièce adaptable, la pièce de qualité équivalente certifiée (PQEC) se fait progressivement une place sur un marché français où les constructeurs font la loi et les prix. Alpha Scale, solution online de pièces détachées de Prefikar, a réuni en Espagne des représentants d’assureurs, de cabinets d’expertise et des carrossiers pour une plongée chez deux de ses partenaires majeurs. Reportage.

Partager sur

Parmi les nombreuses idées reçues qui agitent encore l’imagination dans le secteur de la réparation, le tristement célèbre (et imaginaire) "capot coupeur de tête" reste l’image d’Épinal de la pièce adaptable. Autrement dit, une pièce de carrosserie au sourcing opaque, aux matériaux non conformes et à la sécurité défaillante. Un épouvantail largement agité par les constructeurs, en particulier les constructeurs français, dont le monopole sur la pièce de robe contraint largement la marge de manœuvre des réparateurs lorsqu’un sinistre rend le remplacement d’une pièce inévitable. Un monopole qui, surtout, a conduit à des hausses de tarif vertigineuses : +30 % entre 2019 et 2023.

Pourtant la pièce adaptable, autrement appelée pièce de qualité équivalente, a discrètement fait son chemin avec des tarifs bien plus contraints. Et s’est offert une respectabilité ces dernières années avec la prise de poids de certains fabricants européens ou asiatiques qui ont fait le choix de faire certifier leurs pièces par des organismes reconnus. À l’image des différents TÜV en Allemagne, de Thatcham au Royaume-Uni ou de Centro Zaragoza en Espagne. Reconnu par l’Entidad Nacional de Acreditación (ENAC), l’entité nationale d’accréditation, l’organisme réalise ses certifications selon les exigences de la norme ISO/IEC 17065. C’est dans les installations de ce dernier, près de Saragosse, que les responsables d’Alpha Scale ont convié plusieurs de leurs mandants, usagers et clients les 14 et 15 mai derniers afin de dévoiler la rigueur avec laquelle ses équipes travaillent.

Image
Pendule d'impact Centro Zaragoza

Examen sous toutes les coutures

Avec dix-sept actionnaires spécialisés dans l’assurance et représentant 65 % des contrats auto espagnols et 35 % des primes portugaises, Centro Zaragoza certifie, entre autres, la conformité des pièces de carrosserie ainsi que des produits de peinture par rapport aux standards de leur équivalent d’origine. Le tout sur plus de 4 000 m² d’installations, dont la majorité réservée aux ateliers. Dans un pays comme l’Espagne, qui a libéralisé depuis longtemps déjà le marché des pièces visibles, garantir la crédibilité des pièces alternatives est donc essentiel. Et Centro Zaragoza en a fait sa spécialité depuis plus de trente ans.

Le système de certification développé par Centro Zaragoza concerne les parties extérieures de la carrosserie, sans responsabilité structurelle et soumises à une fréquence d'accidents élevée. Pour leur certification, le matériau utilisé dans leur fabrication ainsi que leur adaptabilité et leur fonctionnalité sont vérifiés. Les équipes de l’organisme certificateur font passer une batterie de tests aux pièces concernées. Des examens chimiques mais aussi de résistance au choc, à la chaleur, aux basses températures, à la traction… Nécessaire, puisque la plupart des pièces analysées sont conçues par rétro-ingénierie.

Image
CZ comparatif PO PQE

Des fabricants audités aussi

Centro Zaragoza choque également les pièces pour constater la conformité de leurs déformations. Outre les crash-tests piétons selon le protocole RCAR, que conduit notamment CESVI France dans l’Hexagone, l’organisme procède à des crash-tests frontaux sur les pièces elles-mêmes. « Aujourd’hui, personne ne réalise des crash-tests comme nous le faisons. Pas même les constructeurs puisque les crash-tests EuroNCAP impliquent le véhicule entier », explique Jesús Carcas, directeur de l’ingénierie de Centro Zaragoza.

Mais Centro Zaragoza ne fait pas qu’inspecter le produit fini : ses équipes procèdent aussi à l’audit du process de production des pièces. Installations, équipements de fabrication et personnel doivent donc passer aussi sous les fourches caudines de l’organisme. Néanmoins, Centro Zaragoza décline plusieurs niveaux de certification :

  • Le sésame absolu, CZ Certified Part, qui garantit un standard de production et d’adaptabilité, à même de rassurer tout expert en automobile,
  • Original CZ, certification de niveau inférieur,
  • Quality Verified Part (QVP) by CZ Verified Fitting, qui certifie principalement l’adaptabilité de la pièce,
  • QVP by CZ Verified Production, qui certifie en premier lieu la production de la pièce.

La base de données de Centro Zaragoza inclut actuellement 1 980 références certifiées CZ Certified Part, 1 571 pièces Original CZ, 463 références certifiés QVP Verified Fitting et 889 admises à arborer le sceau QVP Verified Production. Quelque 15 millions de pièces ont été distribuées avec l’étiquette CZ Certified Part à ce jour. Et 30 % des pièces testées par Centro Zaragoza ne satisfont à aucun niveau de certification. Même si leurs fabricants peuvent corriger le tir une fois tombée la décision de l’organisme.

Image
Pare-boue Phira

Un sourcing solide

Aux côtés de son compatriote établi à Santander et spécialisé dans les pièces métalliques, Oran Auto, qui fournit également des constructeurs de renom, le catalan Phira compte parmi les fabricants dont la production est certifiée CZ. Entièrement centrée sur les pièces en plastique, l’entreprise dispose d’une surface de production de 8 000 m², de centaines de moules différents et de dix-sept machines d’injection, capables de transformer le polypropylène et l’acrylonitrile butadiène styrène (ABS) en pièces de choc (boucliers avant et arrière notamment) ou de protection (pare-boue, entre autres). Suffisant pour lui assurer 65 % de couverture de gamme sur le parc roulant espagnol et pour fournir 42 pays au total.

Globalement, l’entreprise fondée en 1962 vise une couverture optimale du parc européen. Phira revendique plus de 1 500 références estampillées CZ Certified Part. Lesquelles sont incluses dans les bases de données Audatex et Inpart, toutes deux filiales de Solera, ainsi que de GT Motive, TecDoc et DAT. Ses pièces sont conçues par ingénierie inversée sur la base d’échantillons d’origine, mesurées puis modélisées en 3D et analysées chimiquement avant mise en production du moule correspondant. En 2023, Phira a ainsi vendu plus de 940 000 pièces. L’entreprise dispose de trois mois de stock et revendique un taux de service de 98 %, avec livraison en 24 à 48 heures en Espagne et en trois à cinq jours sur les autres marchés. Dont la France, débouché important pour les pièces Phira.

Et ce, même si à peine 3 % des rapports d’expertise mentionnent réellement lorsqu’une pièce est remplacée par une PQEC. Une réalité qui pourrait changer prochainement grâce aux efforts d’Alpha Scale et à la prise de conscience des constructeurs eux-mêmes. À l’image de Stellantis, qui vient de lancer une gamme de pare-chocs Eurorepar, dont une bonne part serait issue de la filière PQEC et non d’équipementiers d’origine. « Nous pensons pouvoir monter à 10 % de PQEC dans le mix global de pièces vendues en France », soutient Stéphane Noeuvéglise, président d’Alpha Scale. Et la plateforme, qui reçoit chaque mois la liste de l’ensemble des pièces nouvellement certifiées par Centro Zaragoza et TÜV-Rheinland, entend bien figurer parmi les pionniers de ce nouveau type d’offres enfin reconnu à sa juste valeur.

Romain Thirion
Partager sur

Inscrivez-vous gratuitement à nos newsletters

S'inscrire