Image
GENERAL PAINT
Image
GENERAL PAINT

Borg Automotive : consolidé pour accélérer la croissance

Caroline Ridet
Image
BORG Remanufacturing of AC compressor

De longue date bien ancré en France, l’industriel danois du remanufacturing s’est réorganisé pour absorber la croissance externe engagée ces dernières années. De quoi lui ouvrir de nouveaux horizons. 

Partager sur

« La France est un pays de tradition de remanufacturing. De longue date, l’Hexagone est le contributeur aux revenus de l’activité IAM de Borg Automotive. Ce produit vertueux, qui permet d’économiser 70 % de matière première et 60 % du cycle de vie, est actuellement porté par l’engagement dans la transition écologique. » Jean-Sébastien Bignozzi, le nouveau directeur du développement pour la France (et la Belgique) de Borg Automotive peut s’appuyer sur une solide empreinte hexagonale. Le Danois dispose des bonnes portes d’entrée sur le marché français via ses partenariats avec PHE, Apprau, Est Entrepot, Exadis… complétés par de nombreux distributeurs clients hors partenariats. Reste à convertir les autres organisations phares de France… dont AAG ! Un bon maillage donc, « qui permet de toucher l’ensemble des acteurs du territoire », soutenu par un site logistique implanté à Chaumont-en Vexin (60). La croissance hexagonale est également portée par une offre produits de huit familles pour ses trois marques – Elstock, DRI, TMI et Lucas (licence) –, soit 30 000 références (démarreurs, alternateurs, compresseurs de climatisation, étriers de frein, vannes EGR, crémaillères de direction, pompes de direction et turbocompresseurs). « La difficulté est plus d’être en capacité de fournir la forte croissance de la demande de ces produits, structurellement pénuriques », rappelle Jean-Sébastien Bignozzi.

Image
BIGNOZZI JS BORG

Moteur de la croissance externe

Pour suivre le mouvement et enrichir son offre, Borg Automotive a donc réalisé une salve d’acquisitions à partir de 2018, suite au rachat par le fonds industriel danois Schouw du groupe familial qui fêtera ses 50 ans l’an prochain. Ainsi est entré dans la sphère Borg Automotive CPI, acteur danois spécialisé dans la fourniture de pièces « reman » pour l’OE. Puis ce fut SBS, entreprise de trading constituant des gammes de freinage. « Faire entrer SBS dans notre galaxie permet aujourd’hui de se développer en pièces neuves sur le segment du train roulant avec l’historique freinage, mais aussi la PSD et l’amortisseur. Et la structure est en cours de lancement des vannes EGR, des machines tournantes et de l’embrayage. » Enfin, TMI (Turbo Moteur Injection) a rejoint la structure. De quoi doubler le CA depuis 2018 pour atteindre 252 M€ en 2023. Aujourd’hui, l’acteur européen du “reman“ dispose de quatre sites de production : deux en Pologne (machines tournantes, étriers de frein, compresseurs climatisation, vannes EGR), un en Espagne (turbos) et un au Royaume-Uni (crémaillères de direction et pompes de crémaillères assistées).

Image
BORG employee testing alternator

Réorganisation-consolidation

Cette année, Borg Automotive est passé à l’homogénéisation de sa structure pour optimiser son organisation. Dans ce cadre, SBS a changé de nom pour devenir Newman, « en cohérence avec Borg Reman » ; les deux entités conservant cependant des organisations commerciales séparées. Cette structure optimisée permet de relancer le développement du portefeuille produits « en perpétuelle recherche du meilleur taux de couverture ». La société réfléchit aussi à s’ouvrir au segment du poids lourd, ainsi qu’à celui de l’électrique, « mais à plus long terme ».

Caroline Ridet
Partager sur

Inscrivez-vous gratuitement à nos newsletters

S'inscrire