Image
LKQ OPTIMAL
Image
LKQ OPTIMAL

Environnement cabine : de la reprise dans l’air côté compresseurs...

Jérémie Morvan
Image
Compresseur sans huile Anest Iwata

Le marché des compresseurs s’est révélé très dynamique en 2021. Avec la reprise post-Covid, la croissance a non seulement été à deux chiffres par rapport à la sombre année 2020, mais l’exercice 2021 s’est avéré meilleur encore que 2019, année de référence. 

Partager sur

« Nous avons enregistré 37 % de progression en valeur en 2021 », confirme Christophe Marconnet (Anest Iwata). Même son de cloche chez Abac (groupe Atlas Copco), où Brice Piquemoles souligne : « le trend avant Covid-19 était de 2 à 3% par an. Lors de la reprise post-pandémie, la demande a été très soutenue avec des pics à +20% certains mois ! ». Et le début d’année 2022 part sur le même rythme, avec un premier trimestre aussi bon, voire meilleur, qu’en 2021, Anest Iwata avançant une hausse de 45% ! Tout juste Sylvain Estrade (Provac) note-t-il « un trou d’air au mois d’avril »

Tensions et inflation

Répondre à la forte demande ne fut pas simple : « au redémarrage progressif des usines se sont succédé des tensions d’approvisionnement, avec pour conséquence directe une inflation des cours des matières (aujourd’hui encore entretenue par le conflit russo-ukrainien) Ces tensions ont un temps allongé les délais de livraison jusqu’à deux mois », précise Brice Piquemoles. Pour Anest Iwata, les très bonnes performances de la filiale française sont en partie dues « à la disponibilité des produits, avec un stock important, ce qui est indispensable pour les compresseurs ».

Les prix se sont envolés en 2021, et « la tendance s’accélère en 2022, les prix de référence produits/marché n’existent plus », indique Sylvain Estrade (Provac). Abac a lui aussi été contraint de revoir ses tarifs à la hausse. Aussi, si certains essaient de faire tampon face à ces hausses en rognant sur leurs marges (Anest Iwata), « les hausses de prix cumulées atteignent 20% sur ces deux dernières années », analyse Brice Piquemoles (Abac).

Priorité au service

Sur le marché du compresseur, le produit n’est viable qu’avec un solide service associé. « Nous sommes fabricant d’équipements, mais en France, nous devons garder l’esprit d’un distributeur afin d’apporter un service irréprochable, notamment du stock, à l’ensemble de nos réseaux », insiste Christophe Marconnet. « Le SAV est capital et la notion de dépannage (ou prêt de compresseur) très important en cas de panne », martèle Sylvain Estrade. Si la cabine est le cœur d’un atelier de carrosserie, le compresseur en est le poumon ; il ne saurait donc tomber en panne…

Jérémie Morvan
Partager sur

Inscrivez-vous gratuitement à nos newsletters

S'inscrire