Bilan contrôle technique : meilleure santé apparente du parc VL

Caroline Ridet
Image

Un taux de contre-visites et des défaillances à la baisse, l'état du parc 2021 est mis en lumière avec la sortie du bilan annuel du contrôle technique UTAC-OTC. C’est mieux pour les VP mais l’inquiétude s’installe pour les utilitaires.

Partager sur
Image

Les statistiques 2021 UTAC-OTC répertorient 25 427 127 inspections dont 21 002 705 pour les VP et VUL. Soit une augmentation globale de 2,98% par rapport à 2020 (c’était + 2,17% 2020 vs 2019).

Dans quel état est le parc VP et VUL contrôlé ? 19,90% ont été déclarés non-conformes (21,21% en 2020), dont 19,15% pour défaillances majeures (20,35% en 2020) et 0,75% pour défaillances critiques (0,86% en 2020). En remontant sur 2019, on constate une légère mais constante amélioration du parc. Reste l’inconnu des évitements au contrôle technique qui augmentent tous les ans et notamment par les propriétaires d’utilitaires.

Les VP tirent les scores 2021 vers le haut

Sur les 18 239 741 voitures passées au détecteur de défauts (+183 189 contrôles de plus comparé à 2020), 10,71 % n’ont présenté aucune défaillance, se rapprochant des taux de 2019 (10,69%) et présentant un léger mieux comparé aux 10,39% de 2020. Les taux de prescriptions de contre-visites sont également à la baisse à 19,47% (- 1,31 points vs 2020). 18,77% ont affiché des défaillances majeures et 0,70% critiques.

VUL dans le viseur

Bilan plus inquiétant pour le parc français d’utilitaires à la lecture du bilan OTC 2021. En premier lieu, ce millésime annonce 29 135 contrôles de VUL qu’en 2020. De quoi sérieusement relativiser les 6,71% de VUL ne présentant aucun défaut, à peine mieux qu’en 2020 (6,69%). Le parc VUL semble même se dégrader sérieusement comparé à 2019 dont le taux d’absence de défaillance atteignait 7,39%. Le taux des recalés devant passer une contre-visite s’établit à 23,36%. Il est cependant en retrait de 1,28 points comparé à 2020, pour 22,24% avec des défaillances majeures et 1,12% critiques.

Un faux nez pour Mobilians (ex-CNPA) qui relève que les taux de contre-visite grimpent à 18,89% pour les VUL de 7 à 10 ans (18,75% en 2020) et explosent de quasiment 10 points de plus lorsqu’ils dépassent la barre de 10 ans. Une situation qui conforte l’organisation dans sa demande de révision du calendrier des fréquences d’inspections. Elle milite en effet pour une annualisation des contrôles dès la 2e année pour les utilitaires - « dont l’usage intensif les rapprochent plus des poids lourds que des VP ».

Image
Image
Image

Maillage au ralenti

Sur l'Hexagone, on compte 6 554 centres de contrôle agréés, contre 6417 en 2020, soit un solde positif de 88 avec 159 créations. Tendance confirmée cette année encore : l’ascension des centres non affiliés à un réseau. On recense ainsi 1094 indépendants. Ils n’étaient que 580 en 2012. Un double effet du refus de porter (et donc payer) une enseigne mais aussi les stratégies d’autodiscipline des réseaux qui ont atteint un bon niveau de maillage.

Le manque de contrôleurs reste la problématique de la profession. Si le bilan OTC répertorie 426 contrôleurs par rapport à 2020 (+ 3,41%) avec une masse salariale de 12 918 contrôleurs, Mobilians note que l’on est encore loin du millier de recrutements nécessaires par an pour absorber l’activité. De quoi valider « les axes d’amélioration inscrits dans la convention de partenariat signés entre l’État et Mobilians contrôle technique : refaire de l’expérience professionnelle une voix d’accès au contrôle technique, mettre en place un test de niveau d’entrée en formation pour les candidats non titulaires d’un bac professionnel mécanique et lancer une campagne de communication destinée à valoriser le métier de contrôleur technique.

TOP 9 des défaillances

1. La fonction Essieux, roues, pneus, suspension à hauteur de 10,21% des contrôles, contre 10,79% en 2020.

2. La fonction Feux, dispositifs réfléchissants et équipements électriques pour 9,19% des contrôles contre 9,99% en 2020.

3. La fonction Nuisances (pollutions) pour 7,23% des contrôles contre 7,82% en 2020.

4. La fonction équipements de freinage pour 5,43% des contrôles contre 5,86% en 2020.

5. La fonction Châssis et accessoires pour 4,02% des contrôles contre 4,48% en 2020.

6. La fonction Visibilité pour 2,99% des contrôles contre 3,14% en 2020.

7. La fonction Direction pour 2,54% des contrôles contre 2,83% en 2020.

8. La fonction Autre matériel pour 2,24% des contrôles contre 2,57% en 2020.

9. La fonction Identification du véhicule pour 1,08% des contrôles contre 1,13% en 2020.

Principales défaillances majeures

• 4,74% pour une orientation d’un feu de croisement en dehors des limites prescrites par les exigences,

• 3,15% pour une opacité dépassant la valeur de réception ou une instabilité des mesures d’opacité,

• 3,00% pour un pneumatique gravement endommagé, entaillé ou un montage inadapté,

• 2,53% pour un contrôle impossible des émissions d’opacité à l’échappement,

• 2,19% pour une atteinte de l’indicateur d’usure de profondeur des sculptures des pneumatiques,

• 2,05% pour une source lumineuse défectueuse ou manquante : visibilité fortement réduite des feux stop.

Principales défaillances critiques

• 0,21% pour une corde visible ou endommagée des pneumatiques,

• 0,09% pour une efficacité inférieure à 50% de la valeur limite du frein de stationnement,

• 0,07% pour un non-fonctionnement des feux stop (aucune source lumineuse),

• 0,07% pour une usure excessive (marque minimale non visible) de la garniture ou plaquettes de freins,

• 0,05% pour une non-conformité aux exigences de la profondeur des sculptures des pneumatiques,

• 0,05% pour un déséquilibre important sur l’essieu directeur du frein de service.

Caroline Ridet
Partager sur

Inscrivez-vous gratuitement à nos newsletters

S'inscrire