Image
LKQ OPTIMAL
Image
LKQ OPTIMAL

3M s'appuie sur la science pour aider à préserver l’environnement

Philippe Lamigeon
Image
State of Science Report 3M

L’étude "State of Science Insights" 2024 de 3M rappelle que 79 % des Français estiment les avancées de la science utiles à la préservation de l’environnement. Elle souligne aussi qu’une entreprise avec une faible empreinte carbone a une meilleure image et doit favoriser l’utilisation de matériaux et de technologies durables dans le processus de fabrication. De quoi donner aux carrossiers engagés dans la transition écologique l'envie de poursuivre leur démarche.

Partager sur

En tant que grosse consommatrice d'énergie, de produits chimiques et de consommables par définition jetables, l'activité carrosserie est l'une de celles ayant la plus forte empreinte carbone parmi l'ensemble des services de l'automobile. Heureusement, les avancées scientifiques sont rapidement adoptées par les principaux industriels du secteur : fabricants de peinture, d'équipements d'atelier, de consommables...

Selon l’édition 2024 de "State of Science Insights", étude réalisée par Morning Consult à l’initiative du groupe 3M, les Français perçoivent en effet la science comme un pilier indispensable de la société et de leur quotidien, dont le rôle crucial est indispensable dans la résolution des enjeux du changement climatique, mais aussi dans la redéfinition du monde du travail.

Matériaux et produits durables exigés

Dans cette étude mondiale, 80 % des personnes interrogées considèrent le changement climatique comme l’une des plus grandes menaces pour l’humanité. De fait, 87 % des Français pensent que les entreprises devraient accroître leurs efforts pour adopter des matériaux durables et 77 % souhaitent qu’elles affirment leur engagement transparent en matière de développement durable. Dans ce sens, le groupe 3M valorise la diversité de ses initiatives et rend compte de ses progrès chaque année. 

« Nous avançons sur l'utilisation de la science et de la technologie des matériaux de pointe pour aborder cette question primordiale, en faisant progresser la décarbonation, l'efficacité énergétique, la réduction des déchets et l'industrie durable », assure Véronique Delpla-Dabon, directrice développement durable et présidente de la Fondation 3M France.

Pertinence de l'IA

Selon les conclusions de l'étude, l’intelligence artificielle repense les modes de travail. Elle est associée à la fois à des opportunités et à des défis, même s’il est évident qu’elle aura une incidence sur l’évolution de la société. 77 % des Français pensent ainsi que l'IA va changer le monde tel que nous le connaissons, mais qu’elle doit être aussi fortement réglementée. Ce qui va dans le sens des attentes des experts en automobile ou des organisations professionnelles représentatives des carrossiers.

Pas moins de 61 % disent utiliser l’IA de manière générale au quotidien et 55 % d’entre eux estiment que cet outil permet de résoudre des problèmes. Et 73 % des Français interrogés reconnaissent utiliser l’IA dans le cadre du travail avec pour 66 % la crainte que robots et automatisation les remplacent un jour. « En développant des solutions visant à atténuer les effets du changement climatique, en sensibilisant à l'importance des emplois verts et en intégrant de manière responsable les technologies émergentes, 3M contribuera au progrès mondial et à l'avènement d'un avenir plus prometteur pour tous avec ces solutions à pointe en termes de nouvelles technologies et de respect de l’environnement », conclut 3M. 

Philippe Lamigeon
Partager sur

Inscrivez-vous gratuitement à nos newsletters

S'inscrire